Le Centre du Monde

Moshesil Myesiob (Mars 1996). 

C’est dans la pénombre humide d’une catacombe, profondément nichée sous les étendues venteuses de la lande piquée d’ajonc, que sommeille la bibliothèque oubliée du moine fou qui trouva le centre du monde. Cette histoire n’intéresse plus personne. Pourtant, si le voyageur faisait route au jour souhaité, durant la saison favorable, (si il consentait à un peu d’oubli, à quelque innocence) peut-être trouverait il les ruines d’un monastère tout près du cercle polaire arctique, en Islande.

Le froid mortel et la solitude inhumaine ont sans doute ôtés la raison à ce moine catholique, compilateur de Saint Augustin(1). A la fin du Xème siècle, lorsqu’il mourut, le monastère tombait déjà en ruines. L’unique habitant n’avait pu à lui seul préserver le petit corps de bâtiments de la morsure du froid. Il quitta rapidement le monde de la surface, comme le rapporte Burkish dans son ouvrage archéologique publié par le British Museum(2), et installa une chapelle dans l’ancienne crypte. Les ruines portent encore les traces de cette reconversion, les bas-reliefs de l’autel sont sculptés dans le granit d’un couvercle de tombeau.

Lors des travaux le moine découvrit d’anciens souterrains que Burkish nomme catacombes, faute de mieux, ce qui est impropre car ces galeries absolument rondes ne furent creusées et aménagées par aucune mission de l’Eglise. Certains émettent l’hypothèse qu’il s’agit là d’un ensemble architectural très ancien, beaucoup plus ancien même que l’implantation européenne en Islande. Les signes qui ornent les parois du souterrain ne purent être rapprochés de quoique ce soit de connu par les savants ayant étudié cette affaire. Le moine explora les galeries en se signant à chaque pas., pénétré de l’étrangeté et de l’ancienneté de la construction. Il s’installa finalement avec ses livres et son maigre bagage dans la salle basse. Les nombreux parchemins qu’il a laissés et qui, protégés par le froid, sont parvenus entre les mains de Burkish. Le moine, transcrit sa stupeur lorsqu’il contempla au fond de la salle totalement vide l’avancée d’un bras du glacier qui enserre le nord de l’Islande.

_______________________________
(1) Il s'était intéressé tout spécialement au Livre XI qu'avait glosé, provoquant en tollé au Vatican, la convocation d'une commission extraordinaire, où l'Avocat du Diable l'avait menacé du bûcher.
(2) R. Burkish, 'Middleage Catholic’s monastery in Island', British Museum Press, 1732.